Fishing the Soul

De ses premières expériences de plongée sous-marine il y a quelques années, Sara Ferrer en a retiré un sentiment particulier, une prise de conscience physique, psychologique et écologique qui l’a amenée à développer tout son travail sur l’eau et les océans. Elle s’est éloignée d’une œuvre plus figurative qui avait marqué ses débuts. Formée à la fois en sculpture aux Beaux-Arts et au théâtre, elle garde de celui-ci une affection pour les objets qui peuvent résumer une situation.

En effet, bateau, boussole, bouée, hameçon, requin, sont tour à tour déclinés en installation, photographie, sculpture, peinture, pour représenter ses émotions et questionnements.
Ces objets deviennent les métaphores de la société, questionnent à la fois notre rapport à la mer et les maltraitances effectuées sur la nature, et par extension les comportements humains, nos angoisses et névroses. Where Am I ? est une série de boussoles aux couleurs primaires, Breathing Space est composé d’une chaise et d’un tuba suspendu, Losing Choices, d’une bouée et d’une corde… Où vais-je, qui suis-je, quels choix ?…
Sara Ferrer transpose la vulnérabilité de l’environnement et les difficultés à le protéger sur la nature humaine. L’homme est majoritairement constitué d’eau et s’inscrit dans cet univers menacé. En établissant un parallèle entre les deux mondes, l’artiste suggère une double protection nécessaire, l’humain et ce qui l’entoure.

Avec Fishing the Soul elle dénonce directement la pêche massive et ses excès. En détruisant la mer, l’homme détruit son âme. L’installation est composée d’un cadre de tissu dans lequel vient se ficher l’hameçon d’une canne à pêche qui a pour effet de tendre les fils. Sara Ferrer y ajoute aussi une critique sous-jacente du monde artistique avec la fameuse toile blanche qui laisse parfois perplexe les spectateurs.

 

From her first scuba diving experiences a few years ago, Sara Ferrer got a special feeling, a physical, psychological and ecological awareness that led her to develop all her work on water and oceans. She has moved away from the more figurative work that marked her beginnings. Trained both in sculpture at the Beaux-Arts and in theatre, she retains from the latter an affection for objects that can sum up a situation.
Indeed, boat, compass, buoy, hook, shark, are in turn declined in installation, photography, sculpture, painting, to represent her emotions and questionings.
These objects become the metaphors of society, questioning both our relationship with the sea and the mistreatment of nature, and by extension human behaviour, our anxieties and neuroses. Where Am I? is a series of compasses in primary colours, Breathing Space is composed of a chair and a suspended snorkel, Losing Choices, a buoy and a rope… Where am I going, who am I, what choices?
Sara Ferrer transposes the vulnerability of the environment and the difficulties in protecting it onto human nature. Man is mostly made up of water and is part of this threatened universe. By drawing a parallel between the two worlds, the artist suggests a necessary double protection, the human being and what surrounds him.
With Fishing the Soul she directly denounces massive fishing and its excesses. By destroying the sea, man destroys his soul. The installation is composed of a fabric frame in which the hook of a fishing rod is inserted, which has the effect of stretching the threads. Sara Ferrer also adds an underlying criticism of the artistic world with the famous white canvas that sometimes leaves the spectators perplexed.

Sara Ferrer

Née en 1979, en Espagne | Vit et travaille à Berlin (Allemagne)

Sara Ferrer est diplômée des Beaux-arts de l’Université Northumbria (2005, Grande-Bretagne),
Centre des technologies du Spectacle de Madrid (2008, Espagne) en Technique du théâtre et de l’Escuela de Arte y Diseño La Plama de Madrid en spécialité art et design (2011, Espagne).
En 2017, elle suit une formation en conservation au NODE Center de Berlin. En 2011, elle remporte le premier prix de sculpture de l’Escuela de Arte y Diseño La Plama (Madrid) et le Prix Aurelio Blanco de la Conserjería de Educación Comunidad de Madrid.
Les sculptures, installations et photographies qu’elle produit sont centrées sur la psychologie humaine, enlevées de toute rationalisation et contexte, articulées aussi bien avec des formes animales que des objets qui nous relient à la nature.

 

Born in 1979, Spain | Lives and works in Berlin (Germany)
Sara Ferrer graduated from Northumbria University (2005, Great Britain) with a degree in Fine Arts,
Centre of Performing Arts Technologies of Madrid (2008, Spain) in Theatre Technology and the Escuela de Arte y Diseño La Plama de Madrid in Art and Design (2011, Spain).
In 2017, she will be trained in conservation at the NODE Center in Berlin. In 2011, she won the first prize for sculpture at the Escuela de Arte y Diseño La Plama (Madrid) and the Aurelio Blanco Prize of the Conserjería de Educación Comunidad de Madrid.
The sculptures, installations and photographs she produces focus on human psychology, removed from all rationalisation and context, articulated with both animal forms and objects that connect us to nature.