Le concours

Reflet de la création contemporaine actuelle, le concours Talents Contemporains initié il y a 11 ans permet de défricher les scènes artistiques européennes et internationales sur le thème particulier de l’eau. Une collection très originale s’est ainsi constituée et présente des artistes aussi bien diplômés d’écoles d’art reconnues qu’aux parcours autodidactes atypiques.

Près de 80 œuvres forment aujourd’hui un ensemble singulier à contre courant de certaines tendances institutionnelles, exposées à la fois dans le centre d’art et circulant de plus en plus dans différentes régions. 

Pour les artistes lauréats non seulement la dotation consiste en une véritable aide financière mais permet également un tremplin dans leur carrière avec une reconnaissance institutionnelle, différents leviers de communication mis à disposition et un partage avec le public.

Chaque année, jusqu’à 1 000 artistes d’une centaine de pays proposent leur candidature. Après sélection d’une trentaine de finalistes par quatre Comités d’experts, le grand jury, présidé par Jean-Noël Jeanneney, choisit au maximum quatre lauréats.
La dotation annuelle est de 160 000 euros. Les quatre lauréats reçoivent chacun 15 000 euros pour l’acquisition de leur œuvre. 50 000 euros sont également consacrés à la réalisation des œuvres présentées sous forme de projets, comme aide à la production. Le concours « Talents Contemporains » donne lieu à l’acquisition de l’œuvre, une exposition collective au centre d’art de la Fondation, une édition bilingue et une vidéo présentant les travaux des lauréats.

 


Participer au concours
Les éditions précédentes I Ressources

Le thème de l'eau

Le thème de l’eau prend un sens tout particulier au sein du centre d’art de la Fondation. Celui-ci est en effet installé dans l’ancienne usine d’embouteillage des sources de Wattwiller. L’eau est ainsi omniprésente, aussi bien dans les œuvres exposées que dans l’architecture elle-même du centre d’art. C’est sur ce sujet même de l’eau que le concours « Talents Contemporains » a été engagé par la Fondation François Schneider en 2011 , et récompense des artistes pour une œuvre examinant les contours nombreux de l’élément aquatique.

L’eau depuis toujours nourrit les mythes fondateurs des différentes civilisations et grandes religions, et régit les relations entre les hommes. Dans les croyances populaires et la mémoire collective, une source ou un fleuve revêtent différentes symboliques et présentent souvent l’eau comme ambivalente : douce ou maléfique, purificatrice ou mortelle, lumineuse ou sombre.

L’eau véhicule toutes les métaphores possibles, de l’Antiquité grecque aux cultures amérindiennes, et nombreux sont les écrivains et créateurs qui s’en inspirent. De l’Odyssée dans la Grèce antique au Classique des montagnes et des mers  en Chine, en passant par les contes et légendes de tous horizons, des intemporels comme Moby Dick chez Melville ou Vingt Mille Lieues sous les mers chez Jules Verne, mais aussi les auteurs très contemporains, d’Édouard Limonov (Le Livre de l’eau) à Atiq Rahimi (Les Porteurs d’eau), ou, pour ne pas le citer, Gaston Bachelard (L’Eau et les Rêves. Essai sur l’imagination de la matière), chacun déploie une palette de mots et de représentations, d’une richesse inouïe, témoignant de l’abondance des illustrations possibles et du sujet lui-même.

Bref, l’eau est infinie et insondable, et dans cette multiplicité elle a poussé de nombreux plasticiens contemporains à inventorier et illustrer ses caractères abondants. Questions migratoires, préoccupations écologiques, interrogations scientifiques, expérimentations géographiques ont donné lieu à une variété d’œuvres introduisant l’eau sous toutes ses formes.

Une collection qui voyage