« Réceptacle » présente les œuvres des 4 lauréats de la 10ème édition du concours, le collectif EthnoGraphic, Elvia Teotski, Bianca Bondi et le collectif Dutca-Sidorenko. Des multiples toponymies de la rivière brésilienne, à la question des cycles et des matières fragiles ou l’invention d’un conte en eau sombre, les œuvres proposées sont étonnantes tant par leurs formes que leur sujet.

InventaRios se déploie comme une vaste installation, elle est le résultat de plusieurs séjours au Brésil et la restitution d’une longue enquête à la croisée entre l’art et la sociologie. 56 pots en terre, contenants traditionnels des villages de Sertão sont couplés à des carnets, au dessin du fleuve et interrogent le lien à l’eau dans cette région du Brésil, notamment sur la toponymie de la rivière. Elvia Teotski quant à elle présente une œuvre sculpturale, Spleen Microbien 2.0, où 200 petites colonnes d’agar-agar pétrifiées évoquent la moisissure, la force de la matière, l’évaporation de l’eau et la vie qui continue de se jouer dans de micro-organisme. Intéressée elle aussi par une autre matière, le sel en l’occurrence, Bianca Bondi transforme un simple tabouret en puits sacré, où tout un chacun peut y jeter ses offrandes. Transformé en coffre à trésor, réceptacle de maintes histoires, aux allures baroques et raffinées, enduit de croûte de sel, The Wishing Well II est le témoin de nos demandes et un hommage à l’art des fontaines. Le collectif Dutca-Sidorenko quant à lui met en photographie une légende autour d’un être amphibien dans un fleuve et dévoile une forme de folklore moldave mâtiné de burlesque et fantaisie.

Réceptacle d’histoires, de croyances, de matières, de vies cachées et d’appellation multiples, les artistes intègrent l’eau par le prisme du contenant comme métaphore ou objet réel.

Télécharger le communiqué de presse.

Visuel : Bianca Bondi, The Whishing Well II, 2020.
Courtesy de l’artiste © Bianca Bondi