Murs

« Murs » est une installation vidéo à dimensions variables, réalisées en 2011 et d’une durée de 44 min, projetée sur 5 écrans. La vidéo représente la trajectoire inversée de l’immigration, de l’Europe à l’Afrique. A rebours, les migrants traversent la méditerranée, de Paris à Alger, en passant par Marseille. Le ralenti sur les gestes évoque la contemplation, la mémoire et le questionnement du migrant permettant au spectateur de s’immerger dans les pensées des personnages face à l’exil et à la solitude. Dans l’installation, une forêt de lampadaires recrée la verticalité de l’espace urbain qui s’oppose à l’horizontalité de la mer, dernier bastion avant le retour au pays.

Sur les cinq écrans, les scènes sont juxtaposées, induisant un montage dans lequel les séquences se détachent, se complètent et s’accentuent les unes par rapport aux autres, créant ainsi un rapport à l’espace et au temps bien spécifique. La vidéo, traversée par différentes temporalités et différents espaces permet d’accélérer ou de ralentir le rythme de la narration. Cette trajectoire inversée nous questionne ainsi sur le principe de l’immigration, ses attentes, des désillusions et ses échecs.

Mehdi Meddaci

Mehdi Meddaci est né en 1980 à Montpellier, France

Il est diplômé de l’ENSP et du Fresnoy. Il vit à Paris, explorant la vidéo, l’installation et la photographie. Ses oeuvres sont entrées dans les collections du CNAP et de Neuflize. Prenant racine dans la vie des populations issues de l’immigration dont il partage l’histoire, Mehdi Meddaci ancre son travail dans l’espace méditerranéen.

Le travail plastique de Mehdi Meddaci se construit par strates successives sous forme de dispositifs ou de modules autonomes qui mettent en résonance photographie, vidéo et cinéma. Tout dans ses œuvres réside dans le déplacement, l’intervalle, l’espace « entre », entre le son et l’image, entre le document et l’artifice, entre une rive et l’autre, entre mémoire et utopie, entre le vacillement des corps et la prégnance des paysages.

À l’image de Murs, qui montre un corps regardant défiler le Temps. Mais surtout un geste d’une violence sourde et muette qui garde en lui les tensions inhérentes du seuil pour ne pas oublier l’exil. Paradoxalement, c’est dans l’attente, contre le mur, que le besoin de traversée, de route et de retour est le plus perceptible. Murs apparaît alors à travers un paysage, une terre, un territoire, mais les situations, les dialogues et les gestes, saisis dans leur vérité, à la limite d’un document, forment le contexte nécessaire à une histoire : à un défilement du temps.

Lauréat

« Talent d’eau » du concours « Talents contemporains 2012 »