Murs

« Murs » est une installation vidéo à dimensions variables, réalisées en 2011 et d’une durée de 44 min, projetée sur 5 écrans. La vidéo représente la trajectoire inversée de l’immigration, de l’Europe à l’Afrique. A rebours, les migrants traversent la méditerranée, de Paris à Alger, en passant par Marseille. Le ralenti sur les gestes évoque la contemplation, la mémoire et le questionnement du migrant permettant au spectateur de s’immerger dans les pensées des personnages face à l’exil et à la solitude. Dans l’installation, une forêt de lampadaires recrée la verticalité de l’espace urbain qui s’oppose à l’horizontalité de la mer, dernier bastion avant le retour au pays.

Sur les cinq écrans, les scènes sont juxtaposées, induisant un montage dans lequel les séquences se détachent, se complètent et s’accentuent les unes par rapport aux autres, créant ainsi un rapport à l’espace et au temps bien spécifique. La vidéo, traversée par différentes temporalités et différents espaces permet d’accélérer ou de ralentir le rythme de la narration. Cette trajectoire inversée nous questionne ainsi sur le principe de l’immigration, ses attentes, des désillusions et ses échecs.

 

« Murs » (Wall) is a video installation with variable dimensions, created in 2011 and lasting 44 minutes, projected on 5 screens. The video represents the reversed trajectory of immigration, from Europe to Africa. In reverse, migrants cross the Mediterranean, from Paris to Algiers, via Marseille. The slow motion on the gestures evokes contemplation, memory and questioning of the migrant allowing the spectator to immerse himself in the thoughts of the characters facing exile and loneliness. In the installation, a forest of lampposts recreates the verticality of the urban space which is opposed to the horizontality of the sea, the last bastion before the return home.
On the five screens, the scenes are juxtaposed, inducing a montage in which the sequences stand out, complement and accentuate each other, creating a very specific relationship to space and time. The video, traversed by different temporalities and spaces, allows the rhythm of the narration to be accelerated or slowed down. This inverted trajectory thus questions us about the principle of immigration, its expectations, disillusions and failures.

Mehdi Meddaci

Mehdi Meddaci est né en 1980 à Montpellier, France

Il est diplômé de l’ENSP et du Fresnoy. Il vit à Paris, explorant la vidéo, l’installation et la photographie. Ses oeuvres sont entrées dans les collections du CNAP et de Neuflize. Prenant racine dans la vie des populations issues de l’immigration dont il partage l’histoire, Mehdi Meddaci ancre son travail dans l’espace méditerranéen.

Le travail plastique de Mehdi Meddaci se construit par strates successives sous forme de dispositifs ou de modules autonomes qui mettent en résonance photographie, vidéo et cinéma. Tout dans ses œuvres réside dans le déplacement, l’intervalle, l’espace « entre », entre le son et l’image, entre le document et l’artifice, entre une rive et l’autre, entre mémoire et utopie, entre le vacillement des corps et la prégnance des paysages.

À l’image de Murs, qui montre un corps regardant défiler le Temps. Mais surtout un geste d’une violence sourde et muette qui garde en lui les tensions inhérentes du seuil pour ne pas oublier l’exil. Paradoxalement, c’est dans l’attente, contre le mur, que le besoin de traversée, de route et de retour est le plus perceptible. Murs apparaît alors à travers un paysage, une terre, un territoire, mais les situations, les dialogues et les gestes, saisis dans leur vérité, à la limite d’un document, forment le contexte nécessaire à une histoire : à un défilement du temps.

 

Mehdi Meddaci was born in 1980 in Montpellier, France.
He is a graduate of the ENSP and the Fresnoy. He lives in Paris, exploring video, installation and photography. His works have entered the collections of the CNAP and Neuflize. Rooted in the lives of immigrant populations whose history he shares, Mehdi Meddaci anchors his work in the Mediterranean space.
Mehdi Meddaci’s plastic work is constructed in successive layers in the form of autonomous devices or modules that resonate between photography, video and cinema. Everything in his works resides in the displacement, the interval, the space « between », between sound and image, between document and artifice, between one shore and the other, between memory and utopia, between the flickering of bodies and the power of landscapes.
Like Murs, which shows a body watching Time pass by. But above all a gesture of a deaf and dumb violence that keeps in itself the inherent tensions of the threshold so as not to forget the exile. Paradoxically, it is while waiting, against the wall, that the need to cross, to go and to return is most perceptible. Walls then appear through a landscape, a land, a territory, but the situations, the dialogues and the gestures, captured in their truth, at the limit of a document, form the necessary context for a story: at a défilement of time.

Lauréat

« Talent d’eau » du concours « Talents contemporains 2012 »