Wind Drift

Avec Wind Drift, le mur devient page, les continents s’effacent et seuls restent les courants marins devenant flux de flèches, perçant l’espace, volant telles des éclaboussures contrôlées sur la surface. Carte abstraite, dessin où les motifs sont méticuleusement encollés avec du sable, matière choisie pour son aspect volatile et son rapport à l’impermanence, Wind Drift évoque la fragilité d’un territoire, des éléments, et invite le spectateur à s’y perdre, inversant ainsi la fonction initiale d’une carte. Au-delà de son rôle de repère, elle était également liée au pouvoir, à la volonté de maitriser et annexer une région. Ici l’artiste brouille les cartes, puisqu’il la recompose au grès des projets, fait souvent le choix de matériaux non pérenne comme le sable, le sel, le charbon et remet en cause les données établies par les hommes. L’eau et le vent se diluent, ces mystérieux éléments sont impalpables et l’homme face à l’étendue de ces territoires est remis à son échelle minuscule.

With Wind Drift, the wall becomes page, the continents fade away and only the ocean currents remain, becoming streams of arrows, piercing through space, flying like controlled splashes on the surface. An abstract map, a drawing where the motifs are meticulously glued with sand, a material chosen for its volatile aspect and its relationship to impermanence, Wind Drift evokes the fragility of a territory, of the elements, and invites the spectator to get lost in it, thus reversing the initial function of a map. Beyond its role as a landmark, it was also linked to power, to the will to control and annex a region. Here the artist blurs the maps, since he recomposes it with the sandstone of the projects, often makes the choice of non-perennial materials such as sand, salt, coal and questions the data established by men. Water and wind are diluted, these mysterious elements are impalpable and man, faced with the extent of these territories, is put back to his minuscule scale.

Benoît Billotte

Benoît Billotte réfléchit aux questions scientifiques et territoriales dans une grande partie de son travail, à la présence sous-jacente de l’homme dans les espaces et compose ses œuvres avec une bonne dose de poésie. Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Metz (2006), il poursuit son cursus à la haute école d’art et de design de Genève (HEAD – 2008) avec un post-diplôme sur les nouveaux médias. Intéressé par le design, la fonctionnalité des objets, les matériaux et les questions de protocole, cela ne l’empêche pas d’affectionner particulièrement le dessin et la ligne, l’utilisation ancestrale de la main et du geste qui l’accompagne pour développer un corpus d’œuvres où la terre, la lune, les océans se confrontent aux villes et aux nœuds urbains du 21ème siècle. Benoît Billotte propose dans ses dessins, installations, objets, découpes et sculptures une navigation entre les siècles, les lieux et les formes.
Particulièrement intéressé par la cartographie, il collectionne même les mappemondes numériques et se questionne sur l’obsolescence des données scientifiques. Les flux, les statistiques, les datas sont transformées en signe, en lignes, en éléments visuels qui parfois et même souvent sont éphémères.

 

Benoît Billotte reflects on scientific and territorial issues in much of his work, on the underlying presence of man in space, and composes his works with a good dose of poetry. A graduate of the Metz School of Fine Arts (2006), he continued his studies at the Geneva University of Art and Design (HEAD – 2008) with a post-graduate degree in new media. Interested in design, the functionality of objects, materials and questions of protocol, this does not prevent him from being particularly fond of drawing and line, the ancestral use of the hand and the gesture that accompanies it to develop a body of work where the earth, the moon, the oceans confront the cities and urban nodes of the 21st century. Benoît Billotte proposes in his drawings, installations, objects, cut-outs and sculptures a navigation between centuries, places and forms.
Particularly interested in cartography, he even collects digital world maps and questions the obsolescence of scientific data. Flows, statistics, datas are transformed into signs, lines, visual elements that are sometimes and often even ephemeral. 

Lauréat

Talents Contemporains, édition 2014, catégorie « installation »