Trophées

Dans le cadre d’une résidence avec l’association le mètre carré, Cristina Escobar a passé deux mois dans un camp de réfugiés à Lucca en Italie. Son œuvre Trophées composée de 40 pièces de marbre de Carrare, raconte la trajectoire de 40 hommes et femmes. Chacun trace sur une carte de la Méditerranée sa trajectoire, l’artiste la modélise en trois dimensions pour créer ces objets à l’aspect lisse et parfait, récompense d’une victoire au bout d’un long chemin… le marbre symbole de beauté et de pureté est aussi un matériau lourd, témoignant de la difficulté d’un tel périple, et faisant référence aux tombeaux.

L’œuvre de Cristina est souvent liée au déplacement, au voyage, peut-être de par sa propre condition d’insulaire née à Cuba, exilée en France. L’enfermement ainsi que le cercle sont des réflexions récurrentes dans son œuvre, dans ses aspects formels et conceptuels. Son esthétique minimaliste proche de la perfection est appuyée par le choix des matériaux comme le bois, le verre ou le cuivre. L’on peut ressentir sa formation académique dans la grande maîtrise du dessin et des formes, notamment dans son travail des volumes. Son attention à une certaine esthétique est là pour contrebalancer des propos engagés et souvent dénonciateurs. L’apparente perfection cache la brutalité des sujets abordés. Cristina Escobar joue ainsi sur les multiples perceptions que peut avoir le spectateur et le trouble suscité par cette beauté plastique.

Avec Trophées, 40 objets méticuleusement posés au sol, tel un inventaire de formes parfaites, cliniques, l’artiste confronte nos regards à un triste sujet d’actualité et continue de se pencher sur la société, sujet central de son travail.

 

As part of a residence with the association le mètre carré, Cristina Escobar spent two months in a refugee camp in Lucca, Italy. Her work Trophées, composed of 40 pieces of Carrara marble, tells the story of 40 men and women. Each one traces his or her trajectory on a map of the Mediterranean, the artist models it in three dimensions to create these objects with a smooth and perfect appearance, the reward for a victory at the end of a long journey. Marble, symbol of beauty and purity, is also a heavy material, testifying to the difficulty of such a journey, and referring to tombs.
Cristina’s work is often linked to displacement, to travel, perhaps because of her own condition as an islander born in Cuba, exiled in France. Enclosure and the circle are recurrent reflections in her work, in its formal and conceptual aspects. Her minimalist aesthetic close to perfection is supported by the choice of materials such as wood, glass or copper. One can feel his academic training in the great mastery of drawing and forms, especially in his work with volumes. His attention to a certain aesthetic is there to counterbalance committed and often denunciatory remarks. The apparent perfection hides the brutality of the subjects tackled. Cristina Escobar thus plays on the multiple perceptions that the spectator may have and the confusion caused by this plastic beauty.
With Trophées, 40 objects meticulously placed on the ground, like an inventory of perfect, clinical shapes, the artist confronts our gaze with a sad topical subject and continues to look at society, the central subject of her work.

Cristina Escobar

Née en 1977 à Cuba | Vit et travaille entre Nancy et Troyes (France)
Cristina Escobar est diplômée de l’Académie d’Arts plastiques (1996) et du Centre National d’Arts Plastiques de Santiago de Cuba (1998) et de l’École nationale Supérieure d’Art de Nancy (2006).
Son travail a été exposé en France (Nancy, Metz, Paris) à Londres et en Chine. Cristina Escobar s’intéresse aux fondements de notre société, les desseins du monde et les sources et conséquences des conflits et utopies. Elle développe une narration à partir d’objets du quotidien, de dessins, de sculptures et d’installations, mêlant la fiction à la réalité.

 

Born in 1977 in Cuba | Lives and works between Nancy and Troyes (France)
Cristina Escobar is a graduate of the Academy of Plastic Arts (1996), the National Centre of Plastic Arts in Santiago de Cuba (1998) and the National School of Art in Nancy (2006).
Her work has been exhibited in France (Nancy, Metz, Paris), London and China. Cristina Escobar is interested in the foundations of our society, the designs of the world and the sources and consequences of conflicts and utopias. She develops a narrative based on everyday objects, drawings, sculptures and installations, mixing fiction with reality.