Altstadt

J’ai réalisé ce travail lors de mon séjour en résidence à Frise Kunstlerhaus à Hambourg, entre février et mars 2014. Sur les plages de l’Elbe j’avais remarqué les galets en terre cuite. A partir de cette observation je me suis interrogée sur la provenance de ces galets, j’ai cherché leur histoire.

L’Elbe, fleuve au comportement semblable à la mer, est régie par les marées. La côte recouverte de l’eau en temps de marée haute ne laisse en rien deviner le paysage de ces profondeurs. La marée basse, en revanche, dénude le fond couvert de gravats. Les vestiges d’une multitude de maisons côtières, bâties traditionnellement en brique rouge et détruites au cours des bombardements de la deuxième guerre mondiale, reposent désormais là. Le temps et le travail de vagues a changé leur forme – elles ressurgissent aujourd’hui sur les plages arrondies, adoucies, comme de simple galets de couleur rouge.

J’avais commencé à collecter ces briques, en me rendant au bord de l’Elbe tous les jours, suivant les horaires des marées. J’ai ainsi abouti à cette pièce, que j’ai appelé Altstadt, de l’allemand “vielle ville” constituée de la quantité de briques de différentes tailles, que j’ai réussi à collecter au cours des cinq semaines de mon séjour. Une gradation de tailles allant de plus grandes au plus petites dessine un rectangle rouge au sol, qui s’affine progressivement et tend à disparaître arrivé au bout ou les briques deviennent aussi petites que des grains de sable.

 

I did this work during my residency at the Friesland Kunstlerhaus in Hamburg between February and March 2014. On the beaches of the Elbe I had noticed the pebbles in terra cotta. From this observation I wondered about the origin of these pebbles, I searched for their history.
The Elbe, a river with a behaviour similar to the sea, is governed by the tides. The coast covered with water at high tide does not let us guess the landscape of these depths. Low tide, on the other hand, exposes the rubble-covered bottom. The remains of a multitude of coastal houses, traditionally built in red brick and destroyed during the bombing of the Second World War, now lie here. Time and the work of the waves has changed their shape – they now resurface on the rounded, softened beaches like simple red pebbles.
I had started to collect these bricks, going to the Elbe riverside every day, following the tide’s schedule. I ended up with this piece, which I called Altstadt, from the German « old town » made up of the quantity of bricks of different sizes, which I managed to collect during the five weeks of my stay. A gradation of sizes from the largest to the smallest draws a red rectangle on the ground, which gradually becomes thinner and tends to disappear at the end where the bricks become as small as grains of sand.

Elizaveta Konovalova

Née en 1986 à Moscou, Russie | Born in 1986 in Moscou, Russia

Lauréate

« Talent d’Eau 2014 » attribué dans le cadre de « Talents Contemporains », édition 2014, catégorie « Installation »